automate-animation-limonaire-location-orgue-rhone-alpes-drome-ardeche-valence-droite

automate-animation-limonaire-location-orgue-rhone-alpes-drome-ardeche-valence-gauche

entete-animation-limonaire

Histoire

Comment étaient sonorisées les attractions dans les fêtes foraines au début du XXème siècle, alors même que les sonos, les enceintes et les amplificateurs n’existaient pas encore ?

Les industriels du divertissement de l’époque ont bien compris ce besoin naissant en même temps que les premiers manèges forains et ont eu l’idée de reprendre le principe des petits orgues de barbarie et boîtes à musiques qui jouaient jusqu'alors dans les salons bourgeois du début du XIXème siècle.

D’abord avec des cylindres pointés, lourds et limitant le répertoire à quelques morceaux, puis ensuite en adaptant le principe du carton perforé développé pour les métiers à tisser Lyonnais de Jacquard et adapté à l’orgue par Gavioli.

Pour attirer un public toujours plus nombreux sur leurs manèges, les forains investissaient beaucoup d’argent dans leur « musique » afin d’avoir l’orgue le plus grand, le plus puissant pour attirer plus de monde que le voisin et couvrir le bruit infernal de la foire.

L’invention du phonographe et plus tard de l’amplification auront raison de l’orgue mécanique sur les manèges.

Nous faisons aujourd’hui revivre cet instrument magique, témoin d’une époque insouciante où fleurirent boîtes à musique et pianos mécaniques.

Enfants-Manege

separateur-animation-limonaire

Un orgue apparaît sur chacune de ces anciennes cartes postales, saurez vous le distinguer ?

(Si vous possédez des droits sur ces images, merci de nous en informer)

separateur-animation-limonaire

 

Technique

La différence entre l’orgue de barbarie et l’orgue de foire tient principalement à la taille de l’instrument.

L’orgue de foire dispose aussi d’un mécanisme plus complexe lorsqu’il s’agit entre autre de commander des percussions (tambour, cymbale …), des automates et parfois aussi des registres automatiques.

Le Limonaire tient son nom de la célèbre manufacture d’orgue et de manège des Frères Limonaire fondée en 1840. Cette entreprise était si célèbre et réputée que l’expression « Limonaire » a rapidement été utilisée par toutes les classes pour désigner la plupart des orgues de manège.

Aujourd’hui encore on désigne couramment un orgue de foire par l’expression « Limonaire ».

Limonaire - nom masculin (de Limonaire, nom propre)

« Orgue mécanique fonctionnant grâce à un système pneumatique commandé par un rouleau de carton perforé entraîné par une manivelle. »

extrait du dictionnaire Larousse

Si le dictionnaire Larousse précise « entrainé par une manivelle » il oublie que l’orgue de foire est beaucoup plus grand que son petit frère l’orgue de barbarie. Ainsi, le couple a exercer pour entrainer sa manivelle est trop difficile pour être tourné constamment à la main.

Dès 1870, c’était le plus souvent un moteur à vapeur qui servait à entrainer le manège et qui était aussi utilisé pour actionner l’orgue. Par la suite, on vit apparaître des manèges entrainés par des moteurs Diesel, puis vers 1925 l’électricité commença à grande échelle à équiper les manèges.

Principe de fonctionnement :

Un volant entraine en rotation un axe en acier qui a 2 fonctions :

  • Entrainer le système de défilement du carton perforé par une courroie en cuir et un jeu de poulies en bois
  • Actionner les 4 soufflets fournissant de l’air sous pression nécessaire au fonctionnement de l’orgue (commandes pneumatiques et alimentation des tuyaux (flûtes)

En avançant, le carton perforé libère alternativement des petits pilotes (appelées touches) en acier qui se lèvent et se baissent au travers des trous dans le carton.

En se levant, ces touches ouvrent des petites soupapes qui vont laisser passer de l’air sous pression des soufflets, vers le sommier de l’orgue.

A cet endroit, l’air qui arrive des touches commande l’ouverture d’une soupape (plus grande) qui va laisser passer de l’air sous pression vers les tuyaux de l’orgue.

De la même façon, l’air peut servir à actionner des soufflets qui vont actionner les baguettes de la batterie, caisse claire, tambour, cymbale et automates.

Les cartons perforés :

Composés de plusieurs feuilles de cartons collées et contrecollées, le support de la musique est appelé « carton perforé ». Pour faire un carton perforé il faut disposer de matériel de grande précision pour réaliser un carton aux dimensions strictement ajustées pour la bonne lecture de la musique.

Il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance de la musique et de l’arrangement musical pour réaliser un bon morceau de musique car la plupart des orgues mécaniques n’ont pas leur tessiture entièrement chromatique.

Une fois l’arrangement musical réalisé, il faut perforer le carton, trou par trou en fonction de la hauteur des notes et de leur longueur.

Sur les manèges, on trouvait des « caisses de carton » qui contenaient plusieurs morceaux attachés les uns aux autres pour assurer entre 30 et 45 minutes de musique continue, avant que le forain ne doivent aller changer la caisse ou la retourner pour recommencer.

carton-perfore-orgue-barbarie-location-drome-ardeche-valence